Enseignement et colonisation dans l’Empire français
 

Enseigner le fait colonial : colonisateurs et colonisés à l’épreuve du terrain colonial

L’ensei­gne­ment du fait colo­nial est très clai­re­ment ins­crit dans les pres­crip­tions des pro­gram­mes sco­lai­res du second degré, encore pré­ci­sés par des docu­ments d’accom­pa­gne­ment. Les manuels ne bou­dent pas non plus cette ques­tion, et si les pra­ti­ques réel­les dans les clas­ses res­tent plus dif­fi­ci­les à appré­hen­der, il res­sort de l’ana­lyse de ce cadre pres­crip­tif et pra­ti­que un cer­tain euro­péo­cen­trisme de l’appro­che des colo­ni­sa­tions. Le pro­pos de cette com­mu­ni­ca­tion est de pro­po­ser quel­ques pis­tes pour décen­trer le point de vue : il s’agira moins de se foca­li­ser sur les « repré­sen­ta­tions colo­nia­les » métro­po­li­tai­nes, pour elles-mêmes, au nom d’une his­toire un peu rapi­de­ment appe­lée « cultu­relle », mais de fait ampu­tée de son ins­crip­tion dans des socié­tés et confi­gu­ra­tions his­to­ri­ques pré­ci­ses, que de cher­cher à recontex­tua­li­ser des « scè­nes colo­nia­les » dans une his­toire sociale qui met aux pri­ses de manière com­plexe colo­ni­sa­teurs et colo­ni­sés ; par ailleurs, une atten­tion par­ti­cu­lière sera por­tée aux sour­ces per­met­tant d’abor­der l’ensei­gne­ment du fait colo­nial en s’enra­ci­nant dans les ter­rains colo­niaux. Le thème spé­ci­fi­que de l’ensei­gne­ment dans les colo­nies peut être abordé à tra­vers le motif idéo­lo­gi­que de la mis­sion civi­li­sa­trice. De manière non contra­dic­toire, l’ancrer dans une his­toire sociale per­met d’incar­ner encore bien davan­tage ce motif et de cons­truire de façon plus affer­mie des savoirs his­to­ri­ques avec les élèves. Afin de sor­tir des cli­chés sou­vent répan­dus et qui ren­voient le plus sou­vent à un exo­tisme métro­po­li­tain, d’autres pis­tes thé­ma­ti­ques pour ensei­gner le fait colo­nial seront aussi pro­po­sées – tra­vail forcé, poli­ti­que sani­taire… - en par­tant à cha­que fois de situa­tions expé­ri­men­tées sur le ter­rain colo­nial, afin d’en faire émerger avec les élèves la dureté mais aussi la com­plexité.