Enseignement et colonisation dans l’Empire français

Historienne, spé­cia­liste de l’his­toire des fem­mes et du genre à l’époque colo­niale en Afrique occi­den­tale fran­çaise, elle tra­vaille dans une pers­pec­tive d’his­toire sociale sur la sco­la­ri­sa­tion, la pro­fes­sion­na­li­sa­tion des fem­mes. Elle a sou­tenu en 2004 une thèse sur « Femmes, Africaines et diplô­mées. Une élite auxi­liaire à l’époque colo­niale. Sages-fem­mes et ins­ti­tu­tri­ces en Afrique occi­den­tale fran­çaise (1918-1957) et a publié plu­sieurs arti­cles sur la ques­tion de l’éducation des filles en AOF dont : « La for­ma­tion des Africaines à l’École nor­male d’ins­ti­tu­tri­ces de l’AOF de 1938 à 1958. Instruction ou éducation ? », Cahiers d’Études Africaines, XLIII (1-2), 169-170, 2003, p. 371-388 et, avec J.-H. Jezequel, « Marier les “ demoi­sel­les fri­gi­dai­res ” et les “ man­geurs de craies ” : l’idéal du ménage let­tré et l’admi­nis­tra­tion colo­niale en Afrique Occidentale Française (AOF) », in O. Goerg (coord.), Perspectives his­to­ri­ques sur le genre en Afrique, Cahier « Afrique » n° 23, Paris, L’Harmattan, 2007, 284 p., p. 77-96.